BatteurPro > Trucs et astuces > Apprendre à lire une partition de batterie : mes conseils de pro

Apprendre à lire une partition de batterie : mes conseils de pro



Apprenez à déjouer les pièges les plus fréquents concernant la lecture à la batterie.

Savoir jouer de la batterie : c’est bien. Apprendre à lire une partition de batterie et ainsi pouvoir jouer seul : c’est le top ! Eh oui, quoi de plus frustrant que de voir des partitions de musique à télécharger ou à acheter et de vous demander à chaque fois : comment lire une partition de batterie ? Vous aimeriez bien savoir frapper toms et cymbales sans pour autant apprendre par cœur les morceaux en les écoutant ? Vous voulez enfin connaître et reconnaître les symboles d’une partition de batterie ? Savoir lire une partition et maîtriser la lecture rythmique reste essentiel pour faire de vous un super batteur. Alors dans cet article et pour vous aider à apprendre à jouer de la batterie, je vous transmets les bases de la lecture rythmique et je vous donne des trucs et des astuces pour vous éviter de vous emmêler les pinceaux.

La base pour apprendre à lire une partition de batterie : comprendre le temps

Une partition de batterie bien écrite doit l’être par temps, et si vous commencez à apprendre à lire une partition de batterie, vous devez très certainement vous demander : “Mais que signifie un temps en musique ?” C’est la pulsation du métronome et généralement c’est ce que tapotent votre pied et vos doigts lorsque vous écoutez un morceau de musique : on parle de temps, de la pulsation ou du tempo.

La base du temps

La noire correspond à la valeur de base du temps, elle vaut donc 1 temps et correspond à la pulsation, donc au tempo. D’ailleurs lorsque l’on définit une vitesse d’interprétation d’un morceau on dit que l’on joue à 120 à la noire par exemple. Cela signifie qu’il y aura l’équivalent de 120 noires espacées de façon régulière dans une minute.

Cette note est symbolisée avec une boule noire dotée d’une hampe.

Les rythmes binaires : une division du temps par 2

La croche

Une croche vaut la moitié d’une noire, il y a 2 croches pour 1 temps. Lorsque l’on joue des croches, on va donc deux fois plus vite qu’en jouant des noires.

Une croche s’écrit comme une noire, mais avec une petite queue au bout de la hampe.

On peut les relier entre elles, par 2, par 4 ou même plus à l’aide d’une barre horizontale.

Double croche

Une double croche vaut le quart d’un temps, on peut jouer 4 doubles croches dans 1 temps. La double croche va 2 fois plus vite que la croche et 4 fois plus vite que la noire.

Une double croche se symbolise comme une noire, mais avec deux queues au bout de la hampe. Tout comme les croches, on peut les relier entre elles, par 2, par 4 ou plus avec deux barres horizontales.

Triple croche

On peut jouer 8 triples croches pour 1 temps, une triple croche correspond à un huitième de temps. La triple croche va 2 fois plus vite que la double croche et 4 fois plus vite que la croche et 8 fois plus vite que la noire.

Concernant son symbole, la logique est la même, elle se dessine comme une noire, mais avec trois queues au bout de la hampe et comme la croche et la double-croche, on peut les relier entre elles avec trois barres horizontales.

Différencier ces 4 valeurs : noires , croches , doubles croches et triples croches devrait être la  base de votre objectif pour apprendre à lire une partition de batterie avec fluidité.

Les rythmes ternaires : une division du temps par 3

Vous venez de découvrir ou redécouvrir les rythmes binaires pour lesquels la division du temps s’effectue par un chiffre pair. En musique, nous pouvons également découper les temps par 3.

En découpant le temps en trois, avec 3 croches : nous obtenons un triolet de croches.

Nous pouvons également aller deux fois plus vite avec 6 doubles croches par temps, c’est un sextolet.

La base pyramidale du rythme

Je vous propose de découvrir la base pyramidale du rythme, le sommet est représenté par la noire et la base par les triples croches. Chaque étage de cette pyramide vaut un temps et est constitué par un rythme binaire ou ternaire.

  • 1 coup par temps = une noire ;
  • 2 coups par temps = 2 croches ;
  • 3 coups par temps = un triolet : 3 croches ;
  • 4 coups par temps = 4 doubles croches ;
  • 5 coups par temps = 5 doubles croches ;
  • 6 coups par temps = un sextolet : 6 croches ;
  • 7 coups par temps = 7 doubles croches, et si vous voulez en savoir plus, cliquez ici.
  • 8 coups par temps = 8 triples croches.

Vous pouvez vous entraîner à jouer ces différents rythmes en tapant une pulsation avec votre main ou un métronome et passer les différents étages de la pyramide en énonçant les chiffres. La grande difficulté est de rester régulier, car les espaces entre chaque chiffre doivent être identiques. Vous pouvez aussi utiliser un pad ou votre caisse claire !

Par exemple pour un sextolet : 1-2-3-4-5-6 / 1-2-3-4-5-6 / 1-2-3-4-5-6 / 1-2-3-4-5-6.

Les mesures

Les mesures sur une partition correspondent à un ensemble de temps défini par deux chiffres et se note au début de la portée. Une portée se compose de 5 lignes et de 4 interlignes sur lesquelles les notes sont représentées.

Une mesure est écrite et se représente sous ce format d’écriture :

nombre de notes par mesure / valeur du temps

A gauche, le nombre de note dont sera composé la mesure , à droite la valeur de ces notes.

Les mesures /4 ou en base de noires

La base du temps est la noire et beaucoup de morceaux sont écrits avec la noire en valeur du temps.

Je vous donne quelques exemples de mesures (le chiffre 4 signifie la noire) :

  • 1 / 4 → 1 temps donc une noire par mesure ;
  • 2 / 4 → 2 temps par mesure, donc l’équivalent de 2 noires ;
  • 3 / 4 → 3 noires par mesure ;
  • 4 / 4 → 4 noires par mesure.

Les mesures /8 ou en base de croches

La valeur de base pour la pulsation peut changer, à la place d’une noire cela peut être une croche. Le chiffre signifiant croche est le 8 : alors les mesures s’écrivent en x / 8 :

  • 2 / 8 → 2 croches par mesure ;
  • 3 / 8 → 3 croches par mesure ;
  • 4 / 8 → 4 croches par mesure.

Les barres de mesure placées à la verticale sur les portées signalent la fin d’une mesure. Par exemple, si le morceau est écrit en 4 / 4, il y aura une barre de mesure espacée tous les 4 temps.

Je pense que vous avez compris le principe et vous devez imaginer qu’il existe des mesures avec pour unité de pulsation la blanche ou la double croche. Tout est possible, la seule limite est celle de la créativité du compositeur. 😉

Mais vous devez vous demander pourquoi il existe tant de différentes mesures, à quoi cela peut-il bien servir ? En fait, cela permet l’écriture des rythmes d’une autre façon. Alors si vous voulez découvrir un bel exemple de mesure asymétrique, je vous invite à lire un de mes articles en cliquant ici.

Les notes longues en batterie

Nous venons de découvrir les notes qui valent un temps ou moins d’un temps, il existe aussi des notes qui valent plus qu’un temps.

Une noire + une noire = ?

La blanche

Une blanche correspond à 2 temps, elle vaut deux fois la valeur d’une noire. Elle se symbolise avec un rond, mais blanc à l’intérieur (d’où son nom) surmonté d’une hampe.

La ronde

La ronde, c’est la note la plus longue (ou presque ;-)) ! Elle vaut 4 temps, soit 4 noires ou 2 blanches. On la représente avec un rond blanc et sans hampe.

Les notes pointées : un peu de mathématiques…

Pour allonger la durée d’une note, on peut placer un point derrière celle-ci. Et voici la règle : quand on ajoute un point, on augmente la valeur de la note de sa moitié.

Exemple 1 : la noire pointée

Selon la définition, la noire pointée vaut une fois et demie la valeur de la noire. Plus clairement,

  • une noire = 2 croches ;
  • 2 croches divisées par 2 = 1 croche ;
  • j’ajoute une croche à la valeur de ma noire ce qui correspond donc à trois croches.

Voici un exemple de mesure à quatre temps :

Noire (= 1 temps) / Noire pointée + croche (= 2 temps) / Noire (= 1 temps)

Exemple 2 : la croche pointée

Une croche pointée correspond à une fois et demie la valeur de la croche.

  • Une croche = 2 doubles croches ;
  • 2 doubles croches divisées par 2 = 1 double croche ;
  • j’ajoute une double croche à la valeur de la croche, donc une croche pointée égale 3 doubles croches.

Pour illustrer la croche pointée, je vous propose un nouvel exemple de mesure :

4 doubles croches (=1 temps) / deux croches (=1 temps) / croche pointée double croche (=1 temps) / double croche et croche pointée (=1 temps)

Exemple 3 : la blanche pointée

Voyons si vous avez bien compris le principe, je vous propose de trouver par vous même la valeur de la blanche pointée ! Vous pouvez me répondre dans les commentaires si vous le souhaitez. 🙂

Les silences : chut !

Sur une partition de batterie, vous ne verrez pas seulement les notes dessinées, les silences le sont également. En effet, la musique est composée de notes, mais aussi de silences qui sont tout aussi indispensables dans un morceau. Ils apportent beaucoup de musicalité et ils sont représentés par des symboles spécifiques.

  • le soupir : 1 temps pendant lequel on ne va pas jouer ;
  • le demi-soupir (un 7 sans barre au milieu) : équivaut à la valeur d’une croche, soit un demi-temps ;
  • le quart de soupir : équivaut à une double croche donc à un quart de temps.

Tout comme les notes, des silences durent plus longtemps qu’un temps :

  • la demie-pause, une petite barre épaisse qui s’écrit sur la 3e ligne de la portée : vaut 2 noires, donc 2 soupirs et vous l’aurez compris, 2 temps ;
  • la pause vaut 4 temps, elle se symbolise comme la demie-pause et s’écrit sous la 4e ligne de la portée.

Exemple d’une mesure à 4 temps avec différentes valeurs :

4 doubles (= 1 temps) / double – quart soupir – double – quart soupir (= 1 temps)  / 2 croches (= 1 temps) / double quart soupir deux doubles (= 1 temps).

Un petit exercice d’entraînement pour apprendre à lire une partition de batterie.

Vous avez vu comment écrire :

  • les notes ;
  • les silences ;
  • les rythmes binaires ;
  • Les rythmes ternaires ;
  • les valeurs pointées ;
  • Et les mesures.

Alors, si vous souhaitez vous entraîner à travailler des rythmes binaires, ternaires ou mélanger les deux, je vous conseille d’aller faire un tour sur cet article dans lequel je vous ai concocté un exercice hyper sympa !

Les symboles sur une partition de batterie

La hauteur sur la portée

Les notes positionnées en bas de la portée sont réservées aux sons graves et les notes du haut de la portée correspondent aux sons aigus. En batterie, les notes correspondant à la grosse caisse ou au tom bass sont écrites en bas de la portée alors que les cymbales ou les toms aigus sont notés sur les lignes du haut de la portée.

La caisse claire s’écrit entre la 3e et la 4e ligne. Personnellement et afin que la partition soit plus lisible je place la grosse caisse sous la portée.

Symboles spécifiques pour la batterie

Pour apprendre à lire une partition de batterie, il vous faut connaître les notations spécifiques à notre instrument préféré ! 😉

La notation du roulement

Des petites hachures symbolisent le roulement en batterie.

Par exemple, si le roulement dure un temps, on note une noire avec des petites barres sur sa hampe. Si le roulement dure deux temps, c’est une blanche que l’on note avec des hachures sur la hampe.

Les symboles des cymbales

Pour noter les cymbales : charleston, ride, crash, on écrit une petite croix à la place du rond. Ensuite, c’est la hauteur sur la portée et notamment au-dessus de la portée qui déterminera le type de cymbale à jouer.

Si on met un rond au-dessus de la note, cela correspond au charleston ouvert.

La lecture verticale

Tout comme au piano ou la guitare, de nombreuses notes à la batterie sont jouées simultanément. Par exemple la caisse claire en même temps que la grosse caisse et les cymbales charleston.

apprendre à lire une partition de batterie

Donc toutes les notes qui sont notées à la verticale sont jouées en même temps.

Les nuances

Les nuances permettent de définir l’intensité avec laquelle on va jouer les coups.

Les variations

Le crescendo : on part d’un volume faible pour le jouer de plus en plus fort ;

Le decrescendo : c’est l’inverse, on part d’un volume fort pour le jouer de moins en moins fort.

La signification des nuances

Piano (p) : signifie jouer avec une faible intensité.

Il existe également le double piano (pp) : très faible et le triple piano (ppp) : très très faible.

Mezzo Forte (mf) est la nuance moyenne, celle de base.

Forte (f) est noté lorsqu’il faut jouer fort.

Triple forte (fff) : c’est la nuance la plus forte qui existe ! Attention aux oreilles.

Forte Piano (fp) : la première note se joue très fort puis les suivantes piano. Par exemple si l’on fait un roulement Forte Piano, on joue le premier coup fort puis le reste du roulement très doucement.

Et si on souhaite accentuer une note seulement, on écrit un petit V au-dessus de la note.

Les pièges dans la lecture rythmique

Groupement dans l’écriture rythmique

Le compositeur du morceau peut choisir de regrouper les notes entre elles ou pas. Ce n’est qu’une façon d’écrire le rythme, l’interprétation reste la même, mais la difficulté de lecture devient bien différente.

De mon côté je regroupe les rythmes par temps, car je trouve cette façon de les noter plus facile à déchiffrer et cela évite la lecture séquentielle.

Ainsi on peut lire les rythmes de façon groupée, par temps. Et lorsqu’on apprendre à lire une partition de batterie, c’est beaucoup plus facile si les rythmes sont écris de cette façon.

3 pièges à visualiser pour les éviter

Piège n°1

Quels sont les rythmes notés sur la première portée ?

Nous pourrions penser instinctivement que ce rythme est composé de 8 triples croches, car les croches sont liées entre elles. Mais ce n’est pas le cas, la portée 1 et la portée 2 sont identiques.

Piège n°2

Voici un petit exercice, essayez de mettre les temps au niveau de la portée n°1 puis de la portée n°2. Pour laquelle est-ce le plus facile ?

Piège n°3

Quel est le point commun entre les rythmes de la portée n°1 et ceux de la portée n°2 ?

Eh bien, chaque note est jouée sur le temps, car elles valent toutes une noire !

Noire = croche + demi-soupir = double croche + quart de soupir + demi-soupir = triple croche + quadruple soupir + quart de soupir + demi-soupir

À travers ces trois exemples, vous avez dû comprendre qu’il est important de bien faire attention à la lecture, car un même rythme peut paraître plus ou moins difficile en fonction de son écriture !

Exemple de partitions

Retrouvez sur la vidéo liée à cet article mes commentaires en live pour apprendre à lire une partition de batterie et des conseils détaillés sur la lecture d’une partition en 4/4.

Vous retrouverez ensuite sur mon blog de nombreuses partitions que je déchiffre pour vous et vous interprète sur vidéo.

Alors, j’espère que cet article vous aidera à déchiffrer les différentes partitions de batterie.

N’hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires ou me dire si vous souhaitez que je développe certains points dans un nouvel article. 🙂


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *