8 astuces pour développer l’indépendance à la batterie

batteur 2

Vous avez peut-être déjà entendu ce genre de commentaires humoristiques concernant l’indépendance à la batterie :

  • les batteurs ont 4 cerveaux !
  • Les batteurs sont des mutants capables de penser à plusieurs choses en même temps qui peuvent compter en 4, en 5 et en 9 simultanément tout en buvant leur café de la main restée libre.
  • Tout en jouant, les batteurs peuvent aussi avoir une conversation sans aucun problème tout en regardant un film et vous raconter l’histoire juste après.

 

 

Quelle est la part de vérité concernant la véritable capacité du batteur à jouer et entendre plusieurs couches rythmiques simultanément ?

Démystifions tout cela …

La vérité sur l’indépendance

La vérité est que nous ne pouvons être conscient que d’ une seule chose à la fois !

Cependant, pendant que vous marchez dans la rue, vous pouvez en même temps pianoter sur votre gsm le numéro de téléphone d’une connaissance.

Les actions automatiques telles que la marche peuvent être réalisées sans que vous ayez à y penser car elles sont gérées par l’inconscient. Pendant ce temps-là, toute votre attention est focalisée sur le mouvement de vos doigts sur le clavier de téléphone.

Vous pensez : je veux aller là-bas, et vos pieds vous y emmènent automatiquement sans que vous deviez mentaliser chaque position intermédiaire de votre jambe, du talon, de la sensation de votre pied sur le sol, etc…

Pourtant, lorsque vous étiez un bébé et que vous rampiez péniblement sur le sol, cela ne vous paraissait pas si facile de marcher !

Avant que la marche ne devienne naturelle et automatique, vous avez du apprendre à :

  • vous lever
  • à rester debout sans tomber
  • à lever votre pied tout en restant en équilibre quelques micro secondes sur l’autre jambe
  • à reposer votre pied
  • à faire basculer votre poids sur l’autre jambe
  • etc…

Pour la batterie, c’est pareil !

Pensez-vous qu’un batteur tel Qu’Antonio Sanchez pense consciemment à jouer une clave en 9 au pied gauche tout en jouant un solo de batterie par-dessus ?

NON ! Il a tout simplement appris le rythme de la clave en 9  et l’a fait passer dans son inconscient.

Une fois apprise, la clave est en pilote automatique et il peut se concentrer sur une autre partie de son instrument.

 

Conseils pour travailler son indépendance

Travaillez très lentement

Voici pour moi le conseil le plus important !

Pour toute approche d’un nouvel exercice, et en particulier l’indépendance, vous DEVEZ commencer par le faire très très très très lentement.

De cette façon, vous pourrez facilement prendre conscience de vos mouvements.

Si vous commencez trop vite (et cela peut-être simplement un peu trop vite), vous bâclerez le travail et passerez à coté d’un détail qui pourrait faire une différence énorme plus tard.

 

 

Ajoutez un membre à la fois

Ne tentez pas tout de suite de vous lancer dans la synchronisation de vos 4 membres si vous avez déjà des difficultés à dissocier vos mains.

Commencez par exemple par travailler d’abord le rythme souhaité à la main droite toute seule.

Ajoutez ensuite la main gauche en simultané.

Et ainsi de suite.

 

Commencez par votre main directrice

Vous êtes soit droitier, soit gaucher.

Prenons l’exemple pour un droitier.

La main droite est normalement celle qui joue sur le charleston ou sur la ride et qui joue donc le rythme le plus régulier.

C’est l’ossature de vos rythmiques dont on parle ici.

Commencez donc toujours votre travail par votre main la plus forte.

 

Apprenez un temps à la fois

Ne tentez pas de jouer tout le rythme que vous souhaitez apprendre en une fois surtout si celui-ci comprend des variations sur plusieurs temps.

Voici un exemple dans cet article de rythme à apprendre temps par temps : La cascara

Décomposez les ajouts au rythme de base par temps, en jouant par exemple toute la séquence en entier avec votre main directrice et en ajoutant seulement un temps à la fois avec vos autres membres.

 

Synchronisez parfaitement vos membres

Lors de votre travail, portez attention à ce détail :

Est-ce que les coups qui sont joués de façon simultanée tombent parfaitement les uns avec les autres ?

Y a t’il un léger décalage entre mes coups lorsqu’ils sont censés tomber ensemble ?

exemple : je joue la main droite en simultané avec ma main gauche et mon pied droit.

Pour entendre cela: ralentissez, ralentissez, ralentissez.

Un défaut de synchronisation se fera plus facilement entendre lentement que si vous jouez le rythme rapidement.

Si vos membres ne tombent pas pile ensemble, lorsque vous accélèrerez, votre rythme paraitra bancal et irrégulier, vous perdrez alors le groove et tout le sel du rythme appris.

 

Pensez par images ou clichés instantanés

Vous déjà vu des romans photos ?

Et bien le travail de l’indépendance est fort semblable à un Roman photo.

Voici par exemple la séquence photo du rythme Rock de base avec une ouverture du charleston sur le contre temps.

roman photo global

P1040041 P1040043 P1040042 P1040044
roman photo 1 roman photo 2 roman photo 3 roman photo 4

 

 

Constituez-vous un répertoire de base

Le travail de l’indépendance à la batterie pourrait être comparé au travail des gammes sur un instrument mélodique.

Une fois une gamme acquise, plus besoin de la travailler.

Il en va de même pour la batterie.

Travaillez par exemple toutes les variations de la main gauche en simultané avec la main droite jouant des croches.

Voici une liste de toutes  variations de rythme sur un temps :  un alphabet rythmique .

Une fois celle-ci apprise, recommencez en changeant le rythme joué par votre main droite.

Plutôt que de jouer des croches, votre main droite jouera des noires. etc…

En vous référençant au tableau des rythmes, voici quelques idées de répertoire de synchronisation de base à apprendre :

La lettre située à gauche représente le premier membre listé

ex : main droite joue le rythme A +  main gauche  joue le rythme B correspond à  : A + B

main droite + main gauche main droite + main gauche main droite + main gauche main droite + main gauche
A + A i + A K + A M + A
A + B i + B K + B M + B
A + C i + C K + C M + C
A+ D i + D K + D M + D
A + E i+ E K + E M + E
A + F i + F K + F M + F
A + G i + G K + G M + G
A + H i + H K + H M + H
A + I i + I K + I M + I
A + J i + J K + J M + J
A + k i + K K + K M + K
A + L i + L K + L M + L
A + M i + M K + M M + M
A + N i +N K + N M + N
A + O i + O K + O M + O

 

Vous pouvez rependre ce tableau et travailler ces combinaisons  :

  • Main droite + pied droit
  • Main droite + pied gauche
  • Main gauche + pied droit
  • Main gauche + main droite

Variations uniquement pour les deux premières colonnes :

  • Pied gauche+ pied droit
  • Pied gauche + main droite
  • Pied gauche + main gauche

Vous pouvez bien sûr travailler toutes les combinaisons possibles de rythmes du tableau, mais je ne vous recommande pas forcément de vous amuser à cela.

Les variations que j’ai listées ici sont celles les plus communément rencontrées sur une batterie.

 

Aidez-vous d’une partition

Le travail de l’indépendance est un cas où la lecture d’une partition est quasiment indispensable pour pouvoir débloquer une limite.

Que vous soyez tout débutant ou batteur confirmé, je vous recommande très chaudement d’apprendre à lire une partition.

Elle vous indiquera très précisément quand chaque membre joue en même temps qu’un autre ou pas.

Le tableau ci-dessus serait beaucoup plus facile à travailler si j’avais écrit toutes les variations en partitions (mais mon temps aussi est compté  Sourire ).

 

Pour conclure

L’indépendance sur la batterie est un travail réellement passionnant et qui n’a de limite que notre volonté ou notre imagination.

Et vous découvrirez surement avec joie que votre cerveau, une fois programmé pour rejouer ces rythmes de façon automatique, vous permettra de vous concentrer sur bien d’autres facteurs musicaux tels que : l’écoute des autres musiciens ou la préparation d’un break ou encore  l’improvisation de variations avec l’un de vos membres.

Rappelez-vous simplement ceci : nous ne pouvons nous focaliser que sur un seul élément à la fois.

 

L’indépendance vous paraît-elle encore difficile à atteindre ? Répondez-moi dans les commentaires

Incoming search terms:

  • Comment réussir les indépendance à la battérie
  • independance baterie
  • Les excercices dindependance des membres de linstrument la batterie

17 Comments

  1. Bruno D

    Salut Xavier,

    Je trouve ton article très intéressant, pour apprendre à sortir des mes « sentiers battus » c’est à dire travailler et développer des séquences que je n’ai pas l’habitude de jouer. Pour développer l’indépendance j’ai commencé à travailler avec le New Breed de Gary Chester que tu connais très certainement (pas facile du tout à aborder). Pour moi l’intérêt de ton article réside vraiment dans le développement de l’indépendance de 2 membres pour commencer. En conclusion, c’est une excellente introduction à la méthode que je viens de citer ou encore à d’autres exercices éventuels sur l’indépendance des 4 membres. Encore merci, te lire est toujours un plaisir !

    • Xavier Rogé

      Merci Bruno ! On a plus qu’à tester tout cela .

  2. Dersü

    Bonjour ,

    à noter que Gary Chester dans sa méthode insiste beaucoup sur le « chanter » une des parties jouée sans accentuer le chant de celle-ci en fonction des autres parties exécuter par le reste et vice et versa…

    on passe alors de l’indépendance dite » mécanique » à une indépendance plus « en conscience dans la musique ».

    Musicalmement ….

    • Xavier Rogé

      J’avoue que je n’ai jamais utilisé le chant de cette façon bien précise.

      A tester donc .

      • Dersou

        au vu de ce que tu réponds en dessous
        « Ce que j’aime faire c’est chanter un rythme et en clapper un autre par dessus , mais dans une autre mesure 🙂  »
        je pense que tu n’auras aucun problème …^¿^

  3. guillaume

    Bonjour,
    j’ai aimé cet article sur l’indépendance et le témoignage de Dersu.Effectivement, je penses que
    le travail très lent ,est la clé de la réussite. Il permet d’avoir conscience de chaque élément joué.De plus, pour enfoncer le clou le chant et l’intensité des coups indépendamment des uns des autres, aident encore mieux! Ce travail permet il me semble, d’être moins mécanique et il permet de faire sonner chaque élément de la batterie comme si on souhaitait mixer.
    Le plus dur pour moi est d’avoir un son homogène et sa dynamique lorsque je dois travailler une indépendance .
    Merci pour ton travail Xavier.
    A très bientôt…

    • Xavier Rogé

      Chanter un cinquième couche par dessus ça c’est vraiment comme tu le dis : enfoncer le clou.

      Ce que j’aime faire c’est chanter un rythme et en clapper un autre par dessus , mais dans une autre mesure 🙂

      Deux couche d’indépendance donc mais une dissociation totale de la pensée, ou en tout cas une belle illusion !

  4. JB

    Bonjour Xavier
    Merci pour ton article qui me permet de travailler d’autre méthode pour l’indépendance et donc de peut être (si je suis assidu dans mes exercices) progresser! J’utilise actuellement un ostinato (ride+charleston) et j’y ajoute des thèmes, d’abord caisse claire puis grosse caisse et ensuite je mélange tom et cymbales etc…
    Je voudrais souligner le fait que tu as raison (de toute façon avec mes 2 ans de batterie et mes 43 ans je ne te contredirai pas!) il faut travailler lentement et avec un métronome et régulièrement, je pense pouvoir arriver un résultat (j’espère) avant la retraite!
    Merci et à bientot
    Cymbalment!
    JB

    • Xavier Rogé

      Excellent moyen de développer l’indépendance que de jouer l’ostinato Ride + charlet .

      Inspire toi du tableau de l’article pour te donner des idées auxquels tu n’aurai pas pensées 🙂

  5. Jérôme

    Bravo Xavier pour cet article, c’est le genre de conseils de pro que j’attends de voir sur ton blog : la démystification.
    Comme tu en parles en intro, pour moi l’indépendance de certains c’est mission impossible.
    Un article qui me donne beaucoup d’espoir dans ma progression.
    En plus ce sont des exercices que l’on peut faire même sans batterie. Merci

    • Xavier Rogé

      Tout à fait Jérome !
      C’est réellement très important de comprendre que tout est accessible,avec la bonne méthode …

  6. Merci pour ces excellents conseils Xavier, qui permettent d’y aller de façon progressive.

    C’est comme lorsque l’on a appris à conduire.

    Au début c’était très difficile de tout coordonner. Mais après ça devient facile, et même plaisant pour beaucoup de personnes, de conduire une voiture.

    • Xavier Rogé

      Tout à fait Paul , exactement comme la conduite d’une voiture .

      C’est aussi une façon de visualiser l’indépendance de nos 4 membres dans un contexte non musical 🙂

  7. pascal

    bonsoir Xavier Rogé ,, je te remercie pour t’ai conseils concernent ton guide gratuit ,, et surtout pour la pratique de la double frappes ,,, car j’aime faire cela ,, sur ma batterie td30 . XAVIER – je te souhaite de bonne fête de fin d’année ,, et la l’année prochaine ;; Cordialement .Pascal .

    • Xavier Rogé

      Avec plaisir pascal !

  8. Bonjour Xavier

    Bravo pour ta démarche et ton immense travail de vulgarisation.

    Mais ne vaudrait-il mieux pas de parler de coordination ? le terme indépendance m’a toujours semblé inapproprié pour la batterie.

    Jean-Marc Bontemps
    Île de la Réunion

    • Xavier Rogé

      Oui Jean Marc.

      C’est une question de point de vue.
      On peut aussi parler d’un travail combiné indépendance/coordination.
      Ce n’est pas exclusif , bien au contraire… et cela dépend fortement des exercices travaillés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *