BatteurPro > Culture > Batteurs célébres > Keith Moon – Batteur de The Who ⎢ Biographie

Keith Moon – Batteur de The Who ⎢ Biographie

Keith Moon Batteur de The Who

Keith John Moon, batteur de the Who — célèbre groupe de rock anglais — est né à Wembley le 23 août 1946. Il est largement reconnu comme l’un des plus grands batteurs de l’histoire du rock. Son histoire musicale reste trop courte, puisqu’il est décédé à l’âge de 32 ans — le 7 septembre 1978 à Londres — suite à l’ingestion de 32 pilules… Son jeu innovant et exubérant derrière une batterie restera gravé dans l’histoire, tout comme son comportement excentrique et autodestructeur qui lui valurent le surnom de « Moon the Loon », autrement dit : « Moon le Dingue ». Keith était incontestablement le personnage le plus fou du rock des années 60-70 et son style de vie était devenu synonyme de l’image folle et insouciante des rocks stars : « Sex, Drugs & Rock’n Roll ! ».

Keith Moon : une personnalité excentrique…

Moon the Loon

… en construction : son enfance

Le batteur Keith Moon passa son enfance à Alperton, dans la banlieue de Wembley, au nord-ouest de Londres. Enfant hyperactif et doté d’une grande imagination, il reçoit des témoignages peu encourageants de ces professeurs, jusqu’à le qualifiant d’idiot ou d’attardé artistique.

Rapidement, le seul domaine intéressant et captivant Moon fut la musique. Au début des années 1960, il a alors commencé à apprendre à jouer de la batterie et ses professeurs apprécient sa technique et reconnaissent en lui de grandes capacités. En 1961, suite à un échec scolaire, le futur célèbre musicien quitte l’école.

Il démarra alors sa carrière de batteur en jouant avec trois groupes locaux : les « Escorts », « Mark Twain & The Strangers » et « The Beachcombers ». Au printemps 1964, à l’âge de 18 ans, après une audition impromptue au pub Oldfield à Greenford il rejoint le groupe britannique : « The Who ».

« Moon the Loon »

La batterie n’était pas le seul domaine dans lequel Moon a marqué les esprits, sa réputation de destructeur le poursuit à travers les années. Il se plaisait à casser ses batteries sur scène, mais également à saccager les chambres d’hôtel ou à détruire les toilettes avec de la dynamite ; jusqu’au jour où il plongea dans la piscine d’un hôtel une Rolls-Royce !

Durant les années 70, le batteur fou traverse plusieurs drames : le décès accidentel de son chauffeur Neil Boland et son divorce associé à la séparation avec sa fille. Il est alors devenu accro à l’alcool et s’est forgé une réputation décadente, teintée d’humour noir. Keith Moon est alors devenu : « Moon the Loon ».

Lors d’un concert filmé de la tournée Quadrophenia — le 20 novembre 1973, en Californie — on peut voir le batteur de The Who s’écrouler sur sa caisse claire en plein milieu du morceau « Magic Bus ». Pour cause : l’ingestion d’un somnifère pour cheval proposé comme une nouvelle drogue au batteur impétueux qui ne voulait pas se contenter de la moitié du sachet prétextant qu’il était « Keith Moon ». Pour assurer la fin du concert, il fut alors remplacé par un spectateur de la foule, un batteur amateur.

… jusqu’à sa destruction

L’anecdote précédente n’est pas la seule, car le batteur tomba à de nombreuses reprises sur scène, ce qui lui a valu de multiples hospitalisations. D’ailleurs, au cours de sa dernière tournée en 1976, le batteur était très visiblement dans un mauvais état.

Après une soirée organisée par Paul McCartney pour l’avant-première du film The Buddy Holly Story, Keith Moon se donne la mort en ingérant des médicaments destinés à traiter ou à prévenir les symptômes de sevrage alcoolique.

Il fut le second batteur rock à être intronisé à titre posthume au Temple de la renommée du batteur moderne en 1982. Par ailleurs en 2011, lors d’un sondage réalisé par les lecteurs de Rolling Stone, Moon a été élu deuxième batteur de l’histoire.

Le batteur de the Who

The Who fut créé en 1961 et les membres actifs étaient :

  • Roger Daltrey (guitare puis chant) ;
  • Pete Townshend (guitare, clavier et chant) ;
  • John Entwhistle (basse, chant) ;
  • Doug Sandom (batterie)
  • Colin Dawson puis Gabby Connolly (chant).

« Je suis meilleur que votre batteur »

Pete Townshend raconte que Keith Moon est venu lors d’un concert et leur a dit qu’il pouvait jouer mieux que leur batteur. Il s’installa derrière la batterie pour leur faire une démo et la cassa complètement : ce qui conquit définitivement les membres du groupe.

Batteur The Who

Rapidement Kit Lambert et Chris Stamp prennent la gestion du groupe en main et leurs énergies et ambitions ont permis au groupe de filer vers la célébrité.

En effet, « The Who » fut l’un des groupes de rock des années 60-70 les plus importants avec les Beatles, les Rolling Stones, Led Zeppelin, Pink Floyd, Deep Purple, Queen ou Iron Maiden. Jusqu’à la mort du batteur ils enregistrèrent 9 albums et 15 singles.

Keith Moon dans le groupe The Who

Au sein du groupe, le batteur imposa rapidement son style de batterie : accents sur les toms et les cymbales, travail sur le son des toms : Keith eut une grande influence sur le jeu de batterie de ses contemporains.

Son style foudroyant a été remarqué dès le premier album du groupe britannique : « My Generation », ainsi que sur plusieurs singles comme « Happy Jack » (1966) et « I Can See For Miles » (1967). Son talent est très largement utilisé lors de l’enregistrement de « Tommy » en 1969, le célèbre opéra rock de Townshend.

Le kit de batterie de Moon était certainement l’un des plus gros des batteurs rock, ce qui assura son style bien particulier et l’entraîna à le développer. Il s’entourait d’au moins dix toms, deux grosses caisses, une caisse claire, environ six cymbales, deux timbales et un gong.

Keith était aussi un virtuose du spectacle, remuant ses baguettes entre ses doigts et donnant à ses spectateurs un véritable spectacle et sans jamais plier ses poignets. Il a développé son image sur scène avec des rôles comiques et insolites entre les morceaux. Avec Pete Townshend ils aimaient détruire leurs matériels en fin de concert. Moon tapait tellement fort sur les peaux des toms et de la caisse claire de sa batterie qu’il les cassait complètement et sa batterie devait être fixée au sol pour éviter de bouger sous l’impact de ses frappes !

« The Who » ou rien !

Malgré ses apparitions furtives dans divers groupes comme avec les futurs membres du groupe Led Zeppling ou The Beatles : le batteur britannique fut particulièrement impliqué en tant que musicien de The Who.

Ce qu’il aimait avant tout, c’est d’être en tournée et s’ennuyait durant les périodes d’inactivités de The Who.

Au milieu des années 70, le groupe ralentit son activité et Keith Moon déménagea en Californie. Il joua alors un rôle principal dans plusieurs films, notamment dans « That’ll Be The Day » (1973) et sa suite, « Stardust » (1974), en tant que batteur dans un film fictif. Puis en 1975 Moon enregistra son unique album solo : « Two Sides of the Moon. » qui ne fut pas bien reçu par le public.

Le jeu percutant de Keith Moon

Keith Moon Batteur de The Who

Inventer le rock dans toute sa splendeur

Confiant derrière sa batterie, le jeu de Keith Moon amorce une nouvelle ère dans laquelle la batterie devient bien plus qu’un simple moyen de garder le rythme, et à ce titre, il fut l’un des batteurs les plus influents que le monde du rock ait jamais entendus.

Jouer de façon mélodique

Keith Moon possède un style bien particulier : il réussissait à donner au groupe de solides fondations rythmiques tout en donnant l’impression d’être constamment entrain de se livrer à des solos endiablés ! C’est en ce point que son style était… mélodique : il suivit par moment la mélodie du chant à l’aide de breaks et il donnait à son instrument une dimension bien plus que rythmique.

À lire également : Comment le batteur influence la musique ?

Construire des rythmes inattendus

Il pouvait changer de cellules rythmiques à chaque mesure sans pour autant affaiblir la stabilité du groupe. En effet, il construisait des mesures ayant une rythmique de base commune, mais autour de laquelle il laissait parler sa créativité en ajoutant un coup de grosse caisse, de caisse claire, il changeait de cymbale ou bien ajoutait un break.

À lire également : Développer la stabilité du tempo.

Accompagner chaque frappe d’énergie

Il délivre une telle énergie pour jouer chaque coup ! C’est peut-être ce qui nous frappe le plus lorsque l’on regarde Keith Moon jouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *