BatteurPro > Culture > Batteurs célébres > Lars Ulrich, batteur de Metallica ⎜Biographie

Lars Ulrich, batteur de Metallica ⎜Biographie

Lars Ulrich à la batterieSi vous êtes fan de Metallica, vous savez donc qui est Lars Ulrich — l’un des membres fondateurs et porte-parole du groupe. Ce batteur, né le 26 décembre 1963 à Gentofte au Danemark, est connu pour son style percutant derrière la batterie du groupe de heavy métal ! Issu d’une famille au sein de laquelle la musique et plus particulièrement le jazz est fort présent, son destin était tout tracé… Dans cet article, découvrez le parcours de Lars Ulrich et à la fin je vous réserve un petit cours pour jouer un morceau de Metallica à la batterie : Nothing Else Matters.

Les premiers breaks de batterie de Lars Ulrich

Du tie-break au tennis…

Torbin Ulrich, le père de Lars était un joueur de tennis professionnel danois de renommée nationale. Il semblait alors que Lars suivrait les traces de son père, tandis que le jeune garçon pratiquait durement le tennis.

… aux descentes de toms à la batterie

Mais son papa était également un grand musicien, il avait joué avec les grands noms du jazz comme Stan Getz et Miles Davis et son parrain était une légende du jazz : Dexter Gordon. En 1973, Lars — alors âgé de 9 ans — assista avec son père à son tout premier concert rock, c’est Deep Purple qui est sur scène à Copenhague, ce moment musical ouvre les yeux du futur batteur au hard rock et au heavy métal.

Il décida alors que la vie de joueur de tennis n’était pas pour lui et se concentre sur la musique, c’est ainsi qu’il commence à apprendre la batterie. Il aime particulièrement la nouvelle vague du mouvement britannique heavy métal : avec Iron Maiden, Saxon, Diamond Head, Motorhead et Def Leppard.

Patient, il du attendre ses 14 ans pour se voir offrir par sa grand-mère sa première batterie.

Lars Ulrich sans ses baguettes de batterie

Au cours des années 90, le batteur ne se reposait pas entre les tournées de Metallica ; en effet, il s’est occupé de créer son propre label : « Music Company » via Elektra/Asylum et il put ainsi mettre en scène des stars du rock et des acteurs de cinéma.

Mais au tout début des années 2000, Ulrich s’est publiquement prononcé pour la fermeture de Napster, une plate-forme d’échange de fichiers mp3. Il interdit même au serveur internet d’inclure des chansons de Metallica et donna à Napster une liste des fans ayant téléchargé des chansons du groupe ; cette action entraîna l’exclusion de près de 300 000 utilisateurs du service. Autant dire que sa cote de popularité a légèrement baissé à cette période… ce qui n’assombrit en rien ses performances au sein de Metallica.

Lars Ulrich : fondateur et batteur de Metallica

Lars Ulrich en concert

Les débuts de Metallica

Au début des années 80, il déménage avec sa famille aux États-Unis et plus précisément en Californie. Lars publie une annonce dans le journal musical local à la recherche d’autres musiciens afin de créer un groupe. Il souhaite trouver des musiciens partageant le même état d’esprit que lui, avec notamment une affinité particulière pour le heavy métal.

Alors que la New Wave of british heavy métal — littéralement : « la nouvelle vague de heavy métal Britannique » — ne fait pas encore bonne impression, il reçoit une réponse de James Hetfield et Hugh Tanner — deux guitaristes du groupe Leather Charm — qui lui proposent de passer une audition.

C’est ainsi quand 1981, Hetfield et Ulrich fondent tous les deux le groupe Metallica.

En 1982, le groupe enregistre « Hit the Lights », leur première chanson pour la compilation « Métal Massacre I ». Alors que Hetfield décrit leur musique comme du « Power métal », le premier article de presse leur étant consacré, décrit leur musique avec le terme « Thrash Metal ».

C’est au printemps 1982, à Hollywood, que le bassiste et le batteur assistent à une soirée dans une boite de nuit au cours de laquelle le bassiste Cliff Burton joue. Les deux fondateurs de Metallica sont impressionnés par le jeu du bassiste et de sa technique à la pédale wah-wah : ils lui demandent alors de rejoindre le groupe.

C’est ainsi que les musiciens du groupe allaient et venaient :

  • À la lead guitare : Lloyd Grant (quelques mois), Dave Mustaine (presque 2 ans) et Kirk Hammett — actuel guitariste.
  • À la guitare basse : Ron McGovney, Cliff Burton, Jason Newsted (1987 à 2002) et enfin Robert Trujillo — bassiste actuel.

Metallica : en haut de l’affiche

Le label indépendant Megaforce propose un contrat d’enregistrement à Metallica s’ils déménageaient à New York, le groupe accepta et c’est à cette période que Kirk Hammett remplaça Dave Mustaine à la guitare.

Le groupe est devenu l’un des groupes les plus prometteurs du heavy métal grâce à trois albums :

  • « Kill ‘Em All », sorti en 1983 ;
  • « Ride the Lightning », sorti en 1984 ;
  • « Master of Puppets », sorti en 1986.

Ce dernier album est le premier du groupe à obtenir un disque d’or le 4 novembre 1986 et six disques de platine en 2003. D’ailleurs, Steve Huey — journaliste du magazine All Music — le décrit comme la plus grande performance du groupe. Le titre homonyme, critique des drogues et de leur addiction reste aujourd’hui le titre du groupe.

Après la sortie de Master of Puppets, le groupe fait une tournée aux États-Unis.

Le succès ne s’est pas arrêté là, d’autres sorties comme « … And Justice for All » en 1988 et l’album éponyme « Metallica » en 1991, ont posé le groupe comme l’un des plus grands groupes de rock sur la planète.

Fort de ce succès, dans les années 90, les tournées se font dans les stades à guichets fermés et les nouveaux albums sont largement reconnus par le public : « Load » en 1996, « Reload » en 1997…

Jouer des morceaux de batterie débutant sur Metallica

Lars Ulrich possède un jeu riche avec un mélange de rythmique charleston — caisse claire et grosse caisse et parfois avec des intro et fills aux toms.

Une belle intro aux toms

J’aime particulièrement « Enter Sandman » morceau pour lequel l’intro aux toms est puissante ! Pourquoi ne pas vous en inspirer ?

Travailler votre ternaire avec Lars Ulrich

Vous connaissez parfaitement le « Money Beat » ? C’est un rythme en binaire… LE classique que vous devez maîtriser sur le bout des baguettes.

Si ce n’est pas le cas, rendez-vous sur la page : « Apprendre la batterie » : section : Jouer un rythme rock.

Si c’est le cas, alors lancez-vous dans le ternaire ! Le temps n’est pas découpé en 2 croches mais en 3 croches.

Nothing Else Matters, un incontournable de Metallica, est parfait pour aborder le ternaire, car ce morceau n’est pas très rapide et vous pouvez rapidement vous imprégner des deux plans principaux.

La rythmique du couplet qu’avait construit Lars Ulrich se déroule sur 4 temps :

partition batterie Nothing Else Matters couplet

  • Des croches à la charleston ;
  • Une noire à la caisse claire sur le 2e et le 4e temps ;
  • Une noire à la grosse caisse sur le 1er et 3e temps puis sur la 3e croche du 4e temps.

La rythmique du refrain se construit sur 4 temps également :

partition batterie Nothing Else Matters refrain

  • Des croches à la charleston ;
  • Sur le 1er temps : une noire à la grosse caisse ;
  • Sur le 2e temps : une noire à la caisse claire ;
  • Sur le 3e temps : deux premières croches à la grosse caisse ou toms bass ;
  • Sur le 4e temps : identique au 3e + caisse claire sur le temps.

Faites tourner, lorsque vous serez bien à l’aise ajoutez les breaks et vous aurez déjà effectué votre premier morceau en ternaire ! Bravo à vous 😉 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *