Travailler sa main faible partie 1

travaillez votre main faibleLe travail de la technique de frappe sur une batterie peut parfois paraitre comme le parcours du combattant. En première place du peloton de tête concernant les petits tracas techniques que TOUT le monde rencontre, on trouve : le travail de la main faible.

Nous ne sommes pas tout à fait symétrique dans notre physiologie.

La meilleur preuve de cette asymétrie du corps : nous sommes plus habile avec l’une de nos  mains pour toutes les petites tâches du quotidien.

Nous faisons d’ailleurs tout plus facilement avec cette main dite main forte.

 

 

Voici quelques statistiques intéressantes :

  • entre 85 % et 90 % de la population est droitière
  • 10 % à 15 % est gauchère
  • un petit pourcentage est ambidextre
  • Dans la croyance populaire, la batterie est un instrument pour ambidextre.Dois-je en conclure que la pratique de la batterie est réservée à seulement 1 % de la population ?  NON !Je suis droitier et non ambidextre, seulement j’ai trouvé le moyen de contourner la faiblesse de ma main gauche en travaillant régulièrement quelques exercices très efficaces.

    C’est parti pour un petit listing d’idées pour votre main faible.

    Pourquoi travailler sa main faible ?

    Tout d’abord partons d’une constatation évidente que peu de monde pourra renier : une batterie n’est pas un instrument symétrique.

    Vous pourrez soit la monter pour jouer en droitier (les toms allant de l’aigu au grave en allant vers la droite) soit en gaucher (aigu à grave en allant vers la gauche). Vous pourrez bien sur vous amuser à monter votre batterie de façon parfaitement symétrique, mais franchement je ne vois pas ce que cela peut apporter à la musique.

    J’entends parfois ce type de commentaire : “Gaucher ou droitier, tout le monde doit jouer sur une batterie montée dans la même position.”

    Professeurs de batterie, si vous me lisez et que vous fonctionnez de la sorte, je vous le dis sans vergogne : vous vous trompez ! Mon professeur de batterie, lorsque j’étais adolescent était gaucher, il ne m’a pas pour autant appris à jouer come un gaucher en inversant toute ma batterie. J’avais donc cours dans un local doté de deux batteries montées en parfaite symétrie, une pour mon professeur montée en gaucher, et la mienne montée en droitier.

    Equilibrez votre son

    Lorsque vous jouez un rythme régulier sur une partie de votre batterie (prenons comme exemple la caisse claire en doubles croches), vous entendrez probablement une différence de son entre vos deux mains. Cette différence de son est révélatrice de votre capacité à compenser la faiblesse de l’une de vos mains.

    Ne trainez plus un boulet derrière vous

    Que vous le vouliez ou non, la vitesse maximum à laquelle vous pouvez jouer en alternant vos deux mains (coups simples , frisés) est limitée par la vitesse de votre main la plus faible. Si vous ne travaillez que votre main forte, votre vitesse de progression sera bien plus lente car le véritable nœud ne sera pas débloqué.

    Phrasez autrement

    Lorsque vous pourrez équilibrer votre dextérité aux deux mains, tout un nouveau monde de phrases jusqu’alors inaccessible s’ouvrira à vous.

    Faites un test : jouez simplement une phrase que vous avez l’habitude de jouer avec votre main forte mais en l’accentuant cette fois-ci avec votre main faible.

    Libérez votre main forte

    Si vous pouvez enfin apprendre à utiliser des techniques telles que le double ou le triple coup avec votre main faible, imaginez tout l’espace que vous libérez pour votre main forte.

    Lors d’un double coup à la main gauche, même joué faiblement, vous avez plus de temps pour préparer un coup plus puissant ou un déplacement important de votre main forte.

    Comment travailler sa main faible ?

    Tous les exemples sont ici donnés pour un droitier.

    Inversez vos phrasés

    Voici la base du travail de la main faible.

    Prenez une phrase ou un doigté  que vous avez l’habitude de jouer sur vos toms ou votre caisse claire.

    Vous remarquerez certainement que vous commencez cette phrase par votre main forte.

    Inversez tout simplement ces phrases en les commençant par la main faible.

    Voici quelques doigtés que vous pourriez tester en les commençant par la droite (votre main forte), et ensuite en inversant tout et en commençant par la gauche.

    travail de la main faible 1

    D G— inversé —  G D

    D G G—inversé—G D D

     

    Doigté en 5 :  D G D D G – inversé – G D G G D

    travail de la main faible 2

     

    Doigté en  6 :  D G D D G G, — inversé – G D G G D D

    Un doigté qui s’inverse automatiquement  : D G D D G D G G

    Développez les doublés

    Le doublé est la répétition de deux frappes successives avec la même main.

    C’est une technique basique mais qui peut, si on la travaille correctement, débloquer de nombreuses limites.

    Il y a un doigté roi pour déverrouiller le doublé avec votre main faible.

    C’est le doigté de 3 coups : D G G

     

    Exercice pour débloquer la main faible

    Pour commencer, ceci n’est pas à utiliser en situation de concert, c’est une pratique d’apprentissage et rien d’autre.

    En utilisant le doigté D G G

    Votre main forte va leader l’avancée des coups dans le temps, votre main faible tentera de suivre la forte en y plaçant deux coups.

    Il est important de ne pas ralentir la cadence à cause de votre main faible. Voyez réellement la main forte comme l’attelage qui tire la calèche !

    Pour ce faire, plusieurs points doivent faire l’objet de votre attention :

     

     

  • la main forte tire la faible vers l’avant
  • jouez au métronome en synchronisant votre main forte avec le click
  • ne vous focalisez pas sur la propreté d’exécution des coups de la main faible
  • ne cherchez pas à jouer absolument le deuxième coup avec votre main faible
  • gardez le mouvement et allez de l’avant même si votre main faible peine à jouer détaché
  • le but est de travailler le rebond et non pas de jouer parfaitement l’exercice
  • poussez le tempo un peu au-delà de votre zone de confortVous êtes dans le bon quand vous sentez que la main faible travaille très fortement alors que votre main forte est complètement relâchée.

  • Dans le prochain article

    La semaine prochaine, je vous parlerai de l’utilité des accents dans le travail de la main faible.

    Il y a de très nombreuses déclinaisons d’exercices qui emploient les accents.

    A noter que le travail avec accent n’est pas forcément associé à la dissociation des sons de votre batterie, jouez les exercices ci-dessus sans y jouer d’accents.

    Un volume égal entre vos deux mains est tout aussi difficile à obtenir que des variations très prononcées de volume entre chaque frappe.

    Nous verrons aussi le doigté d’inversion qui permet de passer à la volée de la main forte à la main faible ainsi que l’utilité du phrasé à une seule main.

    Comment travaillez vous votre main faible ?

    Répondez-moi dans les commentaires

Incoming search terms:

  • batteurpro com comment a ka batterie
  • cours de batterie travail de poignet
  • exercice batterie main gauche

15 Comments

  1. Dersou

    Bonjour,

    chercher l’aisance dans tous les sens possibles d’un « doigté » ou aborder les débits impairs est en effet très important si l’on souhaite développer la main faible. :o)

    Et je rajouterais , pour infos, aussi que en Afrique de l’ouest , sur les instruments tambours-cloche (dunndunn à l’ horizontale), c’est la main faible qui tient la ligne de cloche et la forte qui envoie les accents.
    En tant que témoin d’une grande gêne de ma main faible, ce fût un grand plus que d’ appréhender la chose ainsi.
    Cette façon est adaptable au jeu batterie, comme jouer le charley à gauche ( dit en position décroisée je crois) ou sur caisse claire comme gosth notes.

    Il y a aussi D.Humair qui propose en guise d’échauffement de faire des débits de 2 à 7, 9, …(et plus si on veut), des 2 mains simultanées, crescendo décrescendo, forté, piano etc …après il ne reste qu’à décaler une main pour travailler en fla ou frisé .

    Bref , les possibilités sont intarissables…le truc , c’est qu’il faut un peu temps et beaucoup de curiosité pour que ça devienne grisant.L’idée est peut-être de jouer sur les intensités pour que ça reste de la musique au lieu d’un simple exercice mécanique.

    • Xavier Rogé

      C’est toute la difficulté du travail technique en effet, garder le focus sur la musicalité et non sur la performance.

      Les débit de 2 à 9 aux deux mains c’est chouette, mais cela ne me parait pas forcément accessible à tous dans le cadre d’un déblocage technique…

      A tester cependant . Merci pour les infos.

      • Bruno D

        Au risque de passer pour un ignare 🙂 c’est quoi des débits de 2 à 9 ?

        • Xavier Rogé

          diviser le temps en 2,3,4,5,6,7,8,9 donc en croches , triolets , doubles croches , quintolets, sextolets , septolets , triples croches , neuvolets.

          Cela accélère la vitesse d’exécution.

          On peut aussi tout simplement jouer sur ces débits plutôt que sur toutes les subdivisions : 2 4 8 , ou 1 3 6.

  2. jerome

    Ma technique à moi, c’est de travailler les rudiments en commençant une fois à droite et une fois à gauche.
    Ce que j’ai remarqué par contre quand je travaille mes roulés c’est que c’est souvent ma main « forte » qui va trop vite par rapport à ma main gauche.
    De toute manière, c’est toujours le même principe : la résistance d’une chaîne se mesure au maillon le plus faible. Alors il faut renforcer le maillon faible pour permettre à la chaîne d’être plus résistante.

    • Dersou

      Bonjour,
      « Ce que j’ai remarqué par contre quand je travaille mes roulés c’est que c’est souvent ma main « forte » qui va trop vite par rapport à ma main gauche. »

      Certains préconisent de le penser à l’inverse :  » Maman-Papa ou Mummy-Daddy »
      ce qui permet d’être plus rond et souple sur la main forte et plus d’attaque sur la faible…
      ça n’est pas négligeable.

      Musicalmement

      • Xavier Rogé

        C’est une manière de faire , mais dans ce cas tu perds l’intérêt du rebond lorsque tu travailles tes roulés.

        Je te recommande dans ce cas de te concentrer uniquement sur le premier des deux coups : D . G . = Dd Gg
        Et de te focaliser sur le moment précis ou tombe l’impact du premier coup à droite et à gauche , de cette façon impossible d’accélérer ( tu l’entendras tout de suite).
        Le deuxième coup du roulé ou rebond devrait se contrôler dans l’idéal avec les doigts( sauf si tu joues très lentement ou cela se transpose aux poignets).

    • Xavier Rogé

      Exactement , tu as tout compris.
      Par contre cela n’est pas forcément utile de passer TROP de temps sur ces inégalités. En travaillant régulièrement, les limites disparaitrons toutes seules.

      Garder l’objectif en tête et oublier le chemin ( parfois inattendu ) que l’on doit prendre pour y arriver 🙂

  3. Vincent

    Salut,

    Dans la fameuse bible du batteur « Stick Control » il y a des exercices qui font que ce soit les deux mains qui mènent, et ce l’une après l’autre ex:
    1) DGDGDGGD GDGDGDDG
    2) DGDGDGDD GDGDGDGG
    3) DGDGDDGD GDGDGGDG

    Jaime bien ces exercices, ça permet de faire tourner les choses assez régulièrement.

    En même temps mon idée est qu’au fond ces faiblesses, à conditions d’en limiter la portée, sont quand même la signature d’un batteur. Elles nous permettent de construire aussi notre manière de faire sonner un patern….. qu’en pensesez vous?

  4. Bruno Desiderio

    Salut Xavier,

    Moi j’ai trouvé 2 exercices qui solicitent fortement la main faible (je ne les ai pas inventés, je les ai trouvés dans le Stick Control) :
    – RLLL RLLL RLLL RLLL
    – RRRR LLLL RRRR LLLL

    Ensuite si j’apprends une séquence, je la joue 1 fois en commençant par la droite et 2 fois en commençant par la gauche (pour faire travailler la gauche 2 fois plus que la droite).

    Mais il faut y penser et avoir la discipline de le faire systématiquement …

    • Xavier Rogé

      Super cette idée de répéter deux fois la séquence de coups sur la main faible !

  5. LACOSTE

    Bonjour Xavier !

    Aurais-tu une partition batterie pour « Petite fleur » de Sydney BECHET.

    MERCI ! Pour tes conseils.

    Jacques

    • Xavier Rogé

      Salut .

      Pour petite fleur,je n’ai pas de partition de batterie .

      en gros c’est assez simple , il te suffit de jouer aux balais très lentement sur la caisse claire(mouvement en cercle type balade) avec le charleston sur le 2 et 4 ième temps.

      Et tu joues cela durant tout le morceau 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *